BASILIQUE DE SAINT DENIS, ou comment le pouvoir s’affirma au travers de l’art.

LA BASILIQUE DE SAINT DENIS


Le langage des images.


Approches de la lecture d’une image, de sa fonction Moyen Âge à travers les sculptures et les vitraux du monument. Comprendre que ces images s’inscrivent dans un ensemble, l’art gothique et l’art roman.


Parcours de visite

Les différentes images qui ornent cette abbaye ont toutes été pensées comme étant porteuses d’une signification précise…Nous allons essayer de comprendre pourquoi on les a placé là où elles sont placées et pourquoi ces images précisément ont été choisies.

Ca sera aussi une occasion de découvrir l’art du Moyen-Age, l’art des périodes qu’on appelle romane et gothique, qui sont deux périodes qui se suivent, et de découvrir que l’art de ces périodes s’est exprimé de plusieurs manières différentes et que des dialogues se sont créés entre les différents types d’art pour dire la même chose.

Nous sommes maintenant devant la cathédrale Saint Denis, sur le parvis. Cette grande place dégagée devant l’église servait à la réunion des fidèles avant l’entrée dans l’enceinte religieuse. Le peuple s’y réunissait pour jouer les pièces de théâtre, appelés Mystères, qui racontent la Bible. Cette large place permettait l’arrivée des matériaux et du matériel sur le chantier de construction, et servait aussi pour mettre en valeur la façade de église.

Image

INTRODUCTION :

Quelle est l’histoire de la cathédrale ?:

On ne l’a pas placé là par hasard. L’abbaye s’appelle Saint-Denis, ce n’est pas anodin car c’est à cet endroit où fut enterré saint Denis, le premier évêque de Paris.

Mais l’histoire de ce lieu est encore plus ancienne, car à la fin du IV° siècle un mausolée, c’est à dire un monument dédié aux morts, est construit sur un cimetière gallo-romain, à l’emplacement du maître-autel actuel, la partie la plus importante des église, là où le prêtre officie. Ce lieu fit déjà l’objet d’un culte. Puis vers 480, sainte Geneviève, la patronne de la ville de Paris, fait construire un  premier bâtiment, de 20m de long sur 9m de large, dont il subsiste aujourd’hui quelques murs de fondation, car c’est à cet endroit que se serait trouvée la tombe de saint Denis (premier évêque de Paris) et ses deux compagnons, le prêtre Rustique et le diacre Éleuthère, tout trois martyrisés vers 250 parce qu’ils étaient chrétiens.

C’était déjà un lieu de grand prestige…car Au VIIe siècle, le roi Dagobert est le premier roi à se faire enterrer dans la basilique, et il sera imité par de nombreux rois et reines, voulant être inhumés auprès de Saint Denis et du roi Dagobert, d’abord par les carolingiens, dont Pépin-le-Bref, le père de Charlemagne, qui à l’occasion de son sacre décide la reconstruction de l’édifice à la manière des édifices romains de type basilique, qui est un bâtiment rectangulaire avec un plan très simple.

Puis encore de nombreux rois, par exemple vers la fin du 8ème siècle, vont modifier l’église et vont se faire enterrer jusqu’au dernier roi, Louis XVIII au XIXème siècle. Ainsi cette église voit sa légitimité, son pouvoir renforcé aux yeux des chrétiens et de l’Eglise car c’est un lieu où un saint très important et des rois sont enterrés. 

Ainsi, cette église devint une nécropole royale, et c’est ce qui fait que cet endroit va devenir un lieu de pèlerinage très important au Moyen-Âge, puis une puissante abbaye bénédictine, suivant la règle de Saint Benoît.

C’est l’abbé Suger (1081-1151) qui lui a donné la forme que l’on voit maintenant, même s’il y a eu des travaux entre temps…surtout au XIXème siècle par Viollet-Le-Duc.

Image

L’abbé Suger dans un des vitraux axiaux de l’église. 

L’abbé Suger, qui était une homme d’église mais aussi le conseiller des rois Louis VI et de Louis VII, fait entreprendre de grands chantiers vers 1140 pour agrandir l’abbaye. Il a complètement révolutionné l’aspect de l’abbaye, et les travaux ont continué au XIIIe siècle.

L’église conservera son architecture médiévale jusqu’au début du XVIIIe siècle et devient cathédrale en 1966. 

La guerre de Cent Ans, les guerres de Religion, les troubles politiques contribuent au déclin de l’abbaye royale de Saint-Denis bien avant que la Révolution ne le précipite. En 1793, les révolutionnaires s’attaquent aux symboles de la monarchie mais la basilique échappe à la destruction totale. En 1806, Napoléon Ier ordonne la restauration du bâtiment. Puis Louis XVIII, le dernier roi de France, qui a vécu au XIXème siècle, restitue à l’abbatiale son rôle de nécropole. Les travaux de restauration se poursuivent tout au long du XIX e siècle et sont dirigés par les architectes Debret puis Viollet-le-Duc à partir de 1846.

Un peu partout dans l’église, on trouve des marques de toute cette histoire, des images placés à des endroits précis volontairement, rappelant aux chrétiens qui venaient se recueillir l’histoire de cette majestueuse et très importante cathédrale.

Il y a donc de nombreuses raisons qui fait que ce lieu était exceptionnel, le fait que le premier évêque de Paris y ait été enterré, le fait que les rois aient voulu voir leurs tombeaux placés là, le fait que celui qui a décidé du chantier était un homme puissant, le conseiller du roi.

Donc tout dans cette église est fait pour montrer le pouvoir temporel et religieux (le temporel, le pouvoir des rois sur les hommes, et le pouvoir religieux, le pouvoir de Dieu et de l’Eglise sur les hommes).

Donc il fallait montrer aux plus grands nombres ce pouvoir politique et spirituel….entre autres par les images…

LES IMAGES ET L’ARCHITECTURE TEMOIGNENT DU POUVOIR POLITIQUE ET RELIGIEUX ET ONT UN ROLE PEDAGOGIQUE.  

 VOYONS CELA A  L’EXTERIEUR :

Comment l’abbé Suger a-t-il fait pour montrer au plus grand nombre ce pouvoir politique et spirituel?

Il a utilisé les images, qu’il a disséminées un peu partout dans l’église. Il a aussi augmenté la taille du bâtiment, pour impressionner et pour montrer que rien n’est trop beau pour les rois et pour Dieu.

Par l’architecture :  

Cette église est haute et verticale, surtout qu’à l’origine il y avait deux tours, mais que la tour de gauche a été détruite en 1846.

Image

Projet de Viollet-le-Duc pour la reconstruction de la cathédrale.

Et faut savoir que faire une église si haute et si verticale était assez innovant à l’époque car alors c’était l’art roman qui prédominait.

Qu’est-ce que l’art roman ? L’art roman c est un art qui a été présent en France à peu près de 1030 à 1150. C’est un courant artistique qu’on retrouve aussi bien en architecture qu’en peinture, sculpture etc…

Avant d’être transformée par Suger l’abbaye était de style roman. Et l’abbé Suger sut transformer une église romane en un monument gothique. L’abbaye de Saint Denis est un des premiers chefs d’œuvres de l’art gothique. Cette église occupe une place exceptionnelle dans l’histoire de l’architecture gothique, chacune des grandes étapes de sa construction constituant une révolution artistique et technique. Sa construction va être si importante que petit à petit l’art roman va laisser la place à l’art gothique.

C’est un style qui a duré longtemps de 1040, la date de la construction de la cathédrale, jusqu’au début du XVe siècle.

Cet art est avant tout religieux, mais il s’exprime également dans des édifices civils ou militaires. On le voit dans l’architecture mais aussi dans les images.

Ce sont les italiens qui pour la première fois ont utilisé le mot de gothique. Pour eux, cela qualifiait l’art des goths, un peuple de barbares. Pour eux l’art gothique c’était une des raisons pour lesquelles l’art barbare, l’art ne s’est pas développé de la même manière en Italie.

Juste une parenthèse, il faut savoir qu’il y a eu plusieurs gothiques et que cette église, et un peu plus tard, celle de Notre-Dame de Paris (1163), est une des premières réalisations dans ce style. En effet on dire que le gothique est le style de l’art de l’Europe occidentale, et qu’il est né en Ile-de-France et a duré si longtemps qu’entre temps il y a eu plusieurs évolutions en art et architecture.

Il y a eu le gothique primitif, le gothique classique, le gothique «  rayonnant », dont la cathédrale de Strasbourg est représentative, et même « flamboyant » !

Plus la construction gothique est tardive plus ses caractéristiques sont accentuées.

Image

Cathédrale de Strasbourg, début de la construction 1170.

La caractéristique de l’art gothique qu’on retrouve ici c‘est :

Une volonté de hauteur et de verticalité

La multiplication de jeux de lumières et de couleurs

La volonté d’accueillir le plus grand nombre de fidèles.

Plus d’ouvertures.

Plus de monumental.

Un décor plus travaillé et complexe.

L’évolution architecturale avec le style roman est clair.

Image

Abbaye de Saint Nectaire, représentative du style roman.

En effet, dans les constructions romanes, les éléments décoratifs étaient initialement très simples et les voûtes en plein-cintre. Les églises étaient souvent plus petites, et il y avait moins d’ouvertures et de fenêtres parce qu’on n’avait pas encore les moyens techniques de faire tenir l’églises avec de grandes ouvertures percées sans que tout s’écroule.

La basilique de saint Denis, telle qu’elle se présente aujourd’hui, a 108 mètres de long., 29 mètres de hauteur, le transept est large de 39 mètres. On essaye donc d’augmenter les dimensions.

Image

Pourquoi construire un église si grande par rapport à celles d’avant :

– Comme je l’ai dit on cherche à impressionner et à rassurer les gens en montrant la puissance et la grandeur d’un monument, censé représenter la puissance de l’Eglise et du pouvoir royal. En effet, cette église a été pensée comme un signe de puissance et pour être vu de loin.

– Il faut savoir qu’à cette époque, toute la population est chrétienne et les gens sont très croyants. Ils vont régulièrement à l’église pour assister à la messe. Au fil du temps la population augmente et il faut pouvoir accueillir tous les fidèles.

– Les hommes d’Eglise rêvent alors de construire de nouveaux lieux de prière plus grands, plus beaux, et plus lumineux surtout si, comme à Saint Denis, ces lieux accueillent les tombeaux des rois, pour faire des lieux dignes de les accueillir.

– On construit de telles églises aussi et d’abord pour remercier Dieu et on accentue la verticalité pour rapprocher les hommes du paradis, du ciel, de Dieu. On essaye de toucher le ciel.

Par les images :

Les images les églises romanes sont moins ornées d’images que les églises gothiques. Plus on avance dans le temps, plus les entrées vont être décorées.

On en voit, en effet, beaucoup d’images à l’entrée du la Cathédrale Saint-Denis, sur les portails.

A l’origine, au moment de la construction de Saint-Denis on a sculpté beaucoup d’images qui avaient toutes un rôle précis, une fonction. Mais certaines ont été refaites plus tard, par exemple au XIXème siècle par Viollet-le-Duc, car elles ont été abîmées par le temps ou les destructions volontaires.

Les portails :

Comme la plupart des cathédrales gothiques, la façade de Saint Denis comporte trois portails. Les architecte n’ont pas choisi le chiffre au hasard car dans la religion chrétienne, le chiffre trois est associé à la Trinité : le Père, le Fils, le Saint Esprit.

Sur le portail central, on voit une scène, le Jugement Dernier, et sur les portails latéraux, la vie de Saint Denis est représentée.

Pourquoi Saint Dénis ? Une église ou une cathédrale est toujours nommée en l’honneur de quelqu’un, un saint ou une sainte, considéré comme un modèle à suivre ou un intermédiaire entre Dieu et les hommes. On retrouve des images en l’honneur des personnages sacrés qu’on respecte et vénère partout dans l’église, à l’intérieur comme à l’extérieur.

L’église où nous sommes est dédiée à saint Denis, car comme je l’ai dit, il a été un martyre chrétien et on pense qu’il a été enterré ici.

C’est pourquoi on a représenté sur le portail de gauche, le martyr de saint Denis: Denis et ses compagnons, Rustique et Eleuthère, sont conduits au supplice, et sur le portail de droite, la dernière communion de Saint Denis, emprisonné avec deux autres saints, ses compagnons, Rustique et Eleuthère, des mains du Christ lui-même. Derrière la prison, le préfet romain qui ordonne le martyr du saint est avec son dénonciateur et les bourreaux.

Image

Portail de gauche: Saint Denis et ses compagnons sont conduits au martyre.

Image

Portail de droite: Saint Denis et ses compagnons reçoivent la communion des mains du Christ.

Saint Denis serait venu d’Italie peu avant 250 après J.-C. Il fut chargé avec six compagnons d’évangéliser le territoire du Royaume de France, les Gaules. Dans les premières légendes, Denis, est considéré comme un apôtre des Gaules. Saint Denis fonde au cours de son apostolat plusieurs églises en France, avant d’être martyrisé avec Rustique et Éleuthère, deux de ses compagnons, vers 250 à Montmartre où ils seront décapités. Selon l’hagiographie, Denis se serait relevé, aurait mis sa tête sous le bras, et aurait marché vers le nord jusqu’au lieu de sa sépulture qu’il aurait choisit.

Au IXe siècle, un abbé dit « aussitôt le corps de saint Denis se leva, et sous la conduite d’un ange, et précédé par une lumière céleste, il porta sa tête entre les bras, depuis l’endroit qu’on appelle le « Mont-des-Martyrs » jusqu’à l’emplacement de l’actuelle basilique « . Ce martyre était donc considéré comme sacré. Il avait même été aidé par les anges et avait ressuscité comme le Christ pour choisir son tombeau.

C’est la légende de saint Denis qui est montré. Comment et pourquoi l’abbé Suger a montré aux croyants cette légende.

Il faut savoir qu’à l’époque, la plupart des gens ne savaient ni lire ni écrire, ils étaient illettrés et ils apprenaient par les images tout ce qu’ils ne pouvaient pas apprendre dans les livres. L’église n’est pas seulement un endroit où l’on prie, c’est aussi un lieu de beauté, de lumière pour rendre hommage à Dieu et aussi un livres d’images, une galerie d’art où on peut apprendre ce qu’est la morale chrétienne.

Dans les églises, ce sont surtout des passages de la Bible ou de la vie des saints qu’ils peuvent apprendre, mais parfois la personne qui décide de montrer telle ou telle image pense aussi à montrer aux gens le pouvoir temporel, le pouvoir des rois, pour les légitimer.

Dans les églises, ce sont surtout des passages de la Bible ou de la vie des saints qu’ils peuvent apprendre, mais parfois la personne qui décide de montrer telle ou telle image pense aussi à montrer aux gens le pouvoir temporel, le pouvoir des rois, pour les légitimer.

Ici Suger met en avant le rôle de martyr pour montrer que, comme le Christ, Saint Denis a souffert, et que le Christ est avec lui (il le fait communier). Comme les rois sont enterrés là, on le montre comme étant protecteur de la royauté et ça fait le lien entre les rois et le saint qui a été reconnu par le Christ. Personne ne peut donc contester l’importance de la place des rois puisqu’ils sont placés à l’endroit où un saint reconnu par le Christ fut enterré. Suger veut imposer saint Denis comme le «patron spécial» du royaume, et veut proclamer et affirmer le caractère sacré des rois de France.

Les souverains ont toujours été au cours de l’histoire en quête de légitimité, ce qui explique pour partie leur volonté de reposer auprès des reliques de saint Denis, Rustique et Eleuthère. Par l’intermédiaire de la puissance des saints martyrs, les rois pensait ainsi acquérir pouvoir et protection, et selon la croyance, accéder directement au Paradis.

« Montjoie saint Denis ! » devient la devise du royaume de France, qui se place ainsi sous la protection du saint tutélaire du royaume : St Denis. Cri de ralliement des chevaliers sur les champs de bataille du XII e et XIII e siècle, inscrit sur la bannière de couleur écarlate parsemée de flammes d’or du fameu oriflamme de Saint-Denis. « Montjoie saint Denis » Cet étendard est une belle image de l’union personnelle entre l’abbaye, le saint patron et le roi. Cette enseigne était systématiquement levée en temps de guerre par les souverains qui venaient la recueillir des mains de l’abbé sur l’autel des saints martyrs. Elle est un des objets majeurs de l’épopée médiévale autour duquel se forme un premier sentiment national. Une copie subsiste dans la basilique.

Image

Banière de Saint Denis.

Donc comme on voit il y a trois portails. Les deux de côté sont consacrés à Saint Dénis. Et au centre le portail représente une scène de la Bible, qu’on appelle le Jugement Dernier.

Le portail central est le plus élevé et le plus large c est normal parce que c est celui qui est au centre et c’est celui qui représente le Christ. On voit bien qu’on rentre dans un lieu sacré.

Image

Portail central du Jugement Dernier.

Dans la première bande on voit beaucoup de personnages, de guerriers, rois, reines, évêques, hommes, femmes. Ils se lèvent en poussant des pierres. Ce sont les morts qui sortent de leurs tombeaux. Il s’agit de la Résurrection des morts. Des anges sur les voussures supérieures jouent de la trompette pour les réveiller.

Dans la bande du milieu, Les 12 apôtres entourent le Christ au centre. Il est aussi entouré de la Vierge, cette dernière se tenant à sa droite et Jean à gauche, en position d’intercesseurs, c’est à dire d’intermédiaires entre les hommes et le Ciel. Aux extrémités, deux anges, l’un tenant une épée de feu et l’autre un olifant, encadrent la scène.

Jésus est représenté en crucifié, les bras en croix, montrant ses plaies. On montre ainsi que malgré ses blessures et sa mort, il a ressuscité et est revenu pour sauver les hommes.

On montre le Christ comme le Rédempteur, celui qui a racheté le péché originel. On montre Jésus comme ça en train de montrer ses plaies, pour montrer qu’il est mort pour nous, pour les hommes, pour faire en sorte de laver nos péchés.

Une petite ville, aux pieds de Jésus, symbolise le Paradis. A l’époque, on l’imaginait sous la forme d’une ville, la Jérusalem Céleste. Au pied du Christ, on distingue un petit personnage en prière. C’est Suger qui implore la clémence du Seigneur. Il est ici pour montré que c’est sur sa décision que cet art a été placé là et que l’église a été construite comme ça, qu’il est le chef de cette église, et qu’il l’a fait en hommage à Dieu et au Christ. Il le prie.

Les anges volent au-dessus du christ et portent les instruments de la Passion c’est à dire du martyr du Christ ou encore les instrument par lequel on l’a blessé et tué: la couronne d’épine, la lance et les clous, la croix.

Le christ tend des rouleaux ouverts avec les inscriptions du Jugement Dernier. A droite, il est dit en latin : « venez les Bénis de mon Père », et à gauche, « Eloignez-vous de moi les maudits ». On  sépare les bons et les méchants. A la droite du Christ à notre gauche sont toujours montrés les Bons, les Justes, ceux qui ont fait du bien durant leur vie et qui iront au Paradis, et à la gauche du Christ, à notre droite, sont toujours montrés ceux qu’on appellent les damnés, les méchants, ceux qui seront en Enfer pour l’éternité. 

Sur les courbes de la voûte, c ‘est à dire les voussures, figurent les représentations du Paradis à gauche et de l’Enfer à droite. A droite, ils n’ont pas l’air heureux, ils grimacent de douleur et baissent les têtes, ils sont enchaînés et emmenés en enfer. De l’autre côté à gauche, à la droite de jésus, se trouvent les justes, ceux qui ont été bons et qui iront au Paradis. Ils regardent vers le ciel, vers le christ.

 Dans les voussures, au centre, on trouve une représentation de la Trinité : en haut la colombe de l’Esprit, au centre Dieu tenant l’Agneau de Dieu, qui symbolise l’homme, et en bas deux anges encensant le buste du Christ.

 Qu’est ce que le Jugement Dernier ? D’après la religion chrétienne, à la fin des temps doit venir le moment du Jugement dernier, où l’âme de chacun doit être porté au Paradis ou en Enfer, selon les bonnes ou mauvaises actions accomplies. Par conséquent en voyant ses images terrifiantes, les chrétiens redoutaient l’Enfer et se souciant de leur salut. Ainsi pour gagner le paradis, ils priaient dieu régulièrement, assistait à la messe, se retiraient dans des abbayes, allaient en pèlerinages.

En voyant cette entrée, ils comprenaient que Jésus s’était sacrifié pour eux, et qu’il était victorieux de la mort et la souffrance, car malgré les blessures il apparaissait dans toute sa gloire et qu’il était encore le Tout-Puissant, celui qui décidait du salut des âmes.

Selon la Bible, la résurrection des morts est arrive avant le jugement par Dieu, qui aura lieu le même jour pour tous. Ici on voit le Christ en majesté domine la résurrection des morts sur la bande du bas. Le Jugement dernier est celui qui doit intervenir à la fin des temps, après la venue (ou le retour) du Messie. Ce jour, appelé aussi Jour du Seigneur, permettra au Seigneur de montrer sa Justice.

 Le thème du Jugement dernier n’apparaît guère avant le XIème siècle et n’occupe la première place qu’au XIIIème siècle. Ce sujet a alors été traité très souvent et on l’a retrouvé sur beaucoup de cathédrales construite à l’époque gothique avec des variantes. On retrouve ce thème aussi à Notre-Dame de Paris, à Chartres et à Amiens. Ce fut aussi un thème important dans d’autres arts, en peinture par exemple…

Portail du Jugement Dernier de Notre-Dame de Paris.

Portail du Jugement Dernier de la Cathédrale d’Amiens.

Publicités

2 réflexions au sujet de « BASILIQUE DE SAINT DENIS, ou comment le pouvoir s’affirma au travers de l’art. »

  1. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements…

    • Bonjour,

      Tout d’abord je m’excuse du retard de ma réponse, ayant profité de vacances bien méritées :).

      Merci pour votre intérêt. En effet cela me titille. En quoi consisterait une participation?

      J’ai en effet quelques questions qui ne vous importuneront pas j’espère: Paperblog est-il nouveau? exclusivement francophone? Y-a-t-il une ligne directrice de présentation des blogs?

      Salutations
      Miscellenousvic

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s